<

Conclusion

graal.pngMesurer le temps est bien une quête paradoxale dans la mesure où elle ne parviendra sans doute jamais à nous donner ce Graal qu’est le contrôle du temps.

En effet, bien que la précision de nos instruments de mesure n’ait cessé d’augmenter depuis la nuit des temps, du Gnomon à l’horloge atomique, nous n’avons toujours pas obtenu ce que nous cherchons.

 

La précision de nos instruments de mesure elle-même se retourne contre nous tandis que choisir entre le cercle est la ligne représente encore un dilemme.

Les progrès de la physique, avec la théorie de la relativité, octroyant une « horloge propre » à chaque objet distinct démontre une fois de plus la vanité de notre quête.

Faute de pouvoir réunir physique quantique et relativité, une partie des physiciens modernes tente de revisiter leur science en supprimant la variable temps, ce qui fait poser à Etienne Klein la question suivante : « la physique a-t-elle pour vocation de décrire l’immuable ou d’être une législation des métamorphoses ? »

148663.jpg

Le débat entre Parménide et Héraclite reste donc d’actualité.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site